Yün  un projet artistique et éducatif

Poésie spontanée et collective – des paroles et des mots extraits –

/

Le blond d’un parquet flottant

pieds nus

délice suprême

 

Mon nez contre l’écorce de l’arbre

le gel au bout de mes doigts

le froid de ma tombe au milieu des bois

 

l’heure en goutte à goutte

coule dans mes veines comme de l’or

ça brûle

 

battement d’aile dans le ciel

le vent s’en fait l’écho

je suis sur mon coussin

 

le devenir des bulles

légères dans l’air frais du matin

et puis

 

elle s’approchait tout doucement

le silence suspendu à ses pas

une lettre à la main

 

bruit des voix au dehors

papier froissé au dedans

en soi le silence blanc de la lune

 

l’armoire blanche sonne

son ventre est plein

c’est l’heure d’ouvrir la fenêtre

 

souffle infini tout autour

glissades spaciales

sur le mur le chat se lèche

 

les fenêtres se reflètent

dans les eaux langoureuses du canal

je souris

 

une belle au regard de feu

des racines dans les pieds

sur le chemin, des brillances

 

la vie s’efface

doucement je la regarde qui passe

fermant les yeux

 

 

20151004_131434

entre l’espace infini et la porte étroite

je découvre les fils qui relient les oiseaux entre eux

monsieur propre est infaïble,  toujours à disposition

le soulagement revient, l’homme est perplexe

Comments are closed.